Quelques informations supplémentaires :

* Etrange ? Vous avez dit étrange ? Certaines personnes peu habituées à la pratique du végétalisme pourront trouver " particulier " de devoir s'exposer au soleil pour obtenir la vitamine D et de devoir faire attention à son apport en vitamine B12. Mais n'est-il pas autant " particulier " de devoir élever et tuer des animaux pour se nourrir de leurs organes, ou de boire leur lait et manger leurs oeufs ? Qu'est-ce-qui rendrait ces pratiques moins " particulières " ? Juste l'habitude. Faire des élevages de micro-organismes (levure et bactéries) n'est pas une idée plus bizarre que faire des élevages d'animaux pour les tuer. Elever des bactéries et des micro-organismes est à la fois moins cruel et moins dépensier en énergie. Ce sont bien les seules différences. Toutes les habitudes nouvelles surprennent car on fait toujours plus attention à ce qui sort de la norme, qu'à une banalité, mais lorsqu'elles se généralisent, et deviennent à leur tour banales, plus personne ne s'en étonne. Les premiers agriculteurs humains ont dû certainement passer pour des personnes ayant des pratiques " bizarres " lorsque la cueillette et la chasse étaient les seuls moyens pratiqués par les humains pour se procurer des aliments.

* Les produits nocifs végétaux : ils sont très variés chimiquement et beaucoup sont toxiques. Il faut éviter de manger sans savoir. Même ceux que l'on consomme traditionnellement peuvent être toxiques, surtout s'ils ne sont pas bien préparés. La plupart des légumineuses sont toxiques crues. La moutarde, etc.. sont néfastes à haute dose. Se méfier des moisissures qui sont souvent cancérigènes ; par exemple certaines qui se développent sur les arachides mal entreposées (aflatoxines, cancers du foie en Afrique). Le chou, là où on en mange beaucoup, induit des déficits d'iode. Tout ceci n'est pas très grave, il suffit seulement de manger varié.
Les végétaux contiennent souvent des substances qui diminuent l'absorption de certains nutriments, comme l'acide oxalique pour l'absorption du calcium. Il y a aussi l'acide phytique, présent dans les plantes avec les fibres, et qui amène certains pontes à déconseiller le pain complet, qui en a plus que le pain blanc. L'acide phytique diminue l'absorption du calcium, du fer, etc.. Mais chez le consommateur habitué à une alimentation végétale riche en acide phytique, il apparaît progressivement une activité phytasique dans la flore digestive, ce qui permet une utilisation satisfaisante du calcium alimentaire malgré l'ingestion d'acide phytique. Le tanin (thé, cacao, et dans une moindre mesure certains fruits et légumes verts) diminuent l'absorption des protéines et des vitamines B12, B1 et du fer. Le soja mal cuit contient une substance qui diminue l'absorption des protéines.

* Ils nous rendent malade : Le végétalisme est souvent l'objet de vives critiques de la part de médecins, de diététiciens, de l'entourage, etc.. Celles-ci sont, généralement, de nature à engendrer une certaine angoisse chez les néophytes qui se lancent un peu dans l'inconnu. Or, on sait que le stress peut avoir des conséquences néfastes sur le fonctionnement et l'équilibre d'un organisme : par exemple, il induit un état d'acidose, et exerce une influence négative sur la flore intestinale. Il augmente également la perméabilité de la membrane cellulaire au calcium et au magnésium appelés à l'extérieur de la cellule par la tension physique de l'individu stressé. Ces éléments sont alors éliminés en quantités importantes dans les urines. La carence calcique et magnésienne se traduit notamment par divers symptômes connus sous le terme de spasmophilie et tétanie, maux qui peuvent être soignés avec succès par l'application de techniques de relaxation mentale telles que la sophrologie.
Si un végétalien débutant est traumatisé par les mensonges et les sarcasmes de son entourage, le doute s'installera dans son esprit. Une angoisse en partie inconsciente le poursuivra peut-être pendant des mois, voire des années. Perte de calcium et de magnésium, puis spasmophilie feront leur apparition. Il se sentira mal dans sa peau, déprimé, épuisé nerveusement. A juste titre, il attribuera ses malaises à une carence, mais au lieu d'en soupçonner la véritable cause (dans le cas présent : le stress), il commencera à perdre confiance dans la valeur du végétalisme. Et face à tous les propos négatifs exprimés par son entourage, il lui faudra une solide dose de personnalité, d'esprit critique et d'intelligence pour ne pas renoncer à son idéal. On voit, ainsi, comment un végétalien débutant, mal entouré socialement et fréquemment en état de stress, peut avoir des difficultés à trouver son équilibre psychosomatique.

* Les chiens et les chats végétariens / végétaliens : Les chiens peuvent parfaitement être végétaliens. Un chien, sur un plan purement pratique, mange le plus souvent très facilement ce qu'on lui donne. Une alimentation à base de riz, de céréales (pain, pâtes, semoule), légumineuses, légumes et fruits, lui convient parfaitement et les précautions à prendre, sont les mêmes que pour l'alimentation humaine végétarienne ou végétalienne. Des croquettes végétales sont parfois trouvables dans des magasins bio (importées du Royaume-Uni et des Pays-Bas). Pour les chats par contre, il n'est pas possible de les nourrir à base de végétaux sans suppléments. Ils ont besoin de trois nutriments qu'ils ne peuvent se procurer dans les végétaux : la vitamine A, la taurine et l'acide arachidonique. Ces différents produits peuvent être synthétisés à partir de minéraux. Il existe au Royaume-Uni et aux USA un supplément pour chats regroupant ces trois produits manquants dans les végétaux. Il peut être commandé au Royaume-Uni à la Vegan Society (voir contact dans les liens) ou en France à l'association Veg'et Chat (Veg'et Chat, Valérie, le Cordier, 6 rue le Cordier, 30000 Nîmes. Site : http://www.vegechat.org/ ), il n'est pas très cher. C'est une poudre dont il faut donner environ 2g par jour, avec des recettes à faire soi-même (fournies avec le produit). Pour les chats, le passage se fait globalement aussi bien qu'entre deux marques de boîtes. Ces recettes contiennent de la levure, qu'il est de toute façon conseillé de leur donner pour sa grande teneur en protéines. Elle est généralement très appréciée par les chats. La levure destinée à l'alimentation humaine peut parfaitement faire l'affaire.
Des croquettes végétaliennes pour chiens et chats, voir les sites Internet suivants : www.aminews.net (fabriquant italien marque AMI) ou, en français sur : www.alternature.com (cette adresse permet l'achat en ligne de la marque AMI). http://www.vegi-service.ch/ (pour chats), http://www.vegusto.ch/ (pour chiens, rubrique "Tierfutter" http://www.vegusto.ch/tierfutter-01.htm ), http://www.yarrah.com/ (mais de la vitamine D3 d'origine animale est présente dans les produits végétariens. Trouvable en France en magasins bio). Produits vegans pour chiens et chats : www.vegancats.com
Il est amusant de savoir que la consommation exclusive de viande que donnent certains humains à leurs chiens et chats les rend malade : " l'ostéofibrose est beaucoup plus répandue et rend compte de troubles variés. En pratique, l'affection est si souvent liée à une consommation exclusive de viande (laquelle est prise pour l'aliment idéal du carnivore), qu'on la désigne communément sous le terme de " syndrome du régime tout viande ". L'excès protéique d'un tel régime ne peut qu'aggraver les conséquences du déséquilibre phosphocalcique puisqu'il entrave l'assimilation du calcium. En outre, il s'accompagne de carences en cuivre, iode, vitamine A et B2, également néfastes à l'ostéogenèse " (Walker et Linkswiller, 1972).

* La présure : Tous les fromages vendus couramment sont fabriqués à l'aide de présure (à l'exception des fromages frais comme le yaourt, le fromage blanc et les fromages Casher, et encore il vaut mieux vérifier quel ferment a été utilisé, on a souvent de drôles de surprise). Cette matière est sécrétée par le quatrième estomac des jeunes ruminants, appelé caillette, et contient une enzyme qui permet au lait de cailler.
En Europe, les coagulants les plus utilisés sont la présure de veau et les mélanges présure / pepsine bovine (autre enzyme sécrétée). La coagulation du lait est un stade essentiel de la fabrication du fromage. Pour l'obtenir, on découpe en minces lanières les caillettes qui sont mises à macérer pendant cinq jours dans de l'eau salée maintenue à 35°C, puis on filtre. Il faut près de 2 litres de coagulant pour produire une tonne de fromage.
A noter que la présure animale est imposée par la réglementation pour les fromages sous appellation d'origine (AOC) et les fromages sous label rouge. Selon la législation française le terme " présure " est réservé aux seules enzymes extraites des caillettes de jeunes bovidés. Les produits issus d'autres sources ne peuvent prétendre à l'appellation " présure ", c'est notamment le cas des enzymes fongiques issues de fermentation. Dans le cas de ces enzymes, on parle de coagulants.
Signalons pour les végétariens l'existence de coagulants végétaux. Ils ont beaucoup de propriétés communes avec la présure animale, mais elles agissent à des températures plus élevées, entre 40 et 90°C. Signalons notamment, les feuilles de la grassette vulgaire pour préparer le caillé. C'est une petite herbe vivace des tourbières et des régions montagneuses, assez commune en France. Autre plante coagulante très répandue en France, le gaillet vrai ou gaillet jaune, dit caille-lait jaune; de plus grande taille, elle abonde dans les prés. Aux Baléares, les paysans font bouillir le lait, et pendant qu'il est encore très chaud, ils le brassent au moyen d'une jeune branche de figuier fendue en croix. Presque instantanément, le lait se prend en une masse homogène, qui est mangée à la cuillère. Aussi, peuvent être utilisés comme coagulant végétal, la chardonnette (dont on trouve les fleurs en herboristerie ou dans quelques pharmacies), l'artichaut, l'ivraie enivrante, la luzerne, la garance, etc..
On peut aussi, parfois, trouver des coagulants végétaux dans des magasins bio.
Certains fromages ne contiennent pas de présures animales. 2 marques ont le logo " végétarien " d'Alliance Végétarienne. Contactez ces fabricants pour savoir où acheter leurs produits près de chez vous : ÖMA France, 12230 St Jean du Bruel. Tél. : 05 65 62 18 94, Fax : 05 65 62 17 33. Fromagerie Milleret, BP 5, 70700 Charcenne. Tél : 03 84 65 68 68. Ceux de la société Milleret sont distribués en grandes surfaces : Carrefour et Leclerc. Ecrivez quand même aux firmes pour vérifier, car elles peuvent changer leurs procédés de fabrication avec le temps.
Des " fromages " végétaliens à base de soja existent aussi actuellement : marques Sojami et From'Soy, disponible en magasins bios (renseignez-vous pour les ferments utilisés). Ils sont crémeux et faciles à tartiner.
Aussi disponible Soya County des spécialités végétales à base de lait de soja fermenté. Pâte pressée, en tranches, affinés frais, pâtes à tartiner ... Pour savoir où les trouver contacter le fabriquant : Biofun, 1 rue du Poiré sur Velluire, BP 2, 85370 Le Langon. Tél : + 33 (0)2 51 52 89 40, Fax : + 33 (0)2 51 52 89 41. E-mail : biofun@wanadoo.fr .
D'autres " fromages " végétaliens ont la particularité de " fondre ". Un de ces fromages végétaliens qui provient du Royaume Uni s'appelle le Vegi-Cheese, (nom anglais : Cheezly, fabricant anglais : Redwood. Leur site : http://www.redwoodfoods.co.uk/ ). L'importateur-distributeur pour la France est Pural, 24 route de Seltz, BP38, 67930 Beinheim, tel : 03 69 11 11 11. Toutes les boutiques qui ont Pural parmi leurs distributeurs devraient pouvoir le commander. Renseignez-vous pour connaître le magasin le plus proche de chez vous.

* Des cadavres partout ! : Lorsque vous achetez des produits dans les magasins, regardez toujours la composition. Des produits les plus inattendus peuvent contenir des produits d'origine animale (bonbon ou yaourt à la gélatine, olive au lactose, pain grillé à la graisse animale, biscuit à la graisse animale, vérifier toujours la composition du pain, l'amidon modifié serait d'origine animale, etc. ). C'est effarant à quel point les produits d'origine animale sont inclus dans n'importe quelle préparation alimentaire. C'est à se poser des questions sur l'équilibre psychologique des fabricants (quelle idée de mettre du lactose dans les paquets d'olives !). La vie des animaux est tellement niée que l'humain s'en sert pour tout et n'importe quoi, comme s'ils n'étaient que des objets. De plus, la production de viande génère tellement de déchets (un boeuf ne " produit " que 200 kg de viande, même pas la moitié du poids de l'animal, le reste du cadavre n'est pas consommable en temps que viande) que l'industrie de la viande ne sait pas quoi en faire. On retrouve, parfois, de la viande (ou du sang, etc.) dans des engrais pour végétaux (ne vous étonnez pas si vos pots de fleurs sentent la putréfaction.).
On peut retrouver de la gélatine dans de nombreux produits, tel que : des bonbons, des allumettes, les pellicules photo, le papier photo, certains papiers spéciaux pour imprimantes, des glaces, des desserts lactés, des yaourts, des gélules pharmaceutiques, et même nos billets de banque sont faits avec. Souvent même on l'utilise pour clarifier la bière, le vin, des jus de raisin et de pomme, etc. Dans ce dernier cas, évidemment, ça ne figure pas dans la liste des ingrédients, c'est pour ça qu'il est important d'écrire aux fabricants pour savoir ce qu'il en est exactement, et leur signifier par la même occasion nos attentes de consommateurs : leur dire que oui, il y a des gens que ça dérange de savoir que leur jus de pomme est filtré avec des vessies de poisson, ou que leur papier photo est fabriqué avec des tendons de porc broyés, qu'en tant que consommateurs on attend un peu plus d'éthique dans la fabrication des produits qui nous sont proposés.
Beaucoup d'additifs sont extraits de cadavres d'animaux ou de produits d'origine animale. Méfiez-vous de tous les ajouts de vitamines dont il n'est pas spécifié l'origine. Par exemple la vitamine D3 est d'origine animale (extraite de poisson en général), on la retrouve souvent dans des margarines, même lorsqu'il y a écrit en gros sur l'emballage " margarine 100% végétale " (la loi autorise un certain pourcentage de manière d'origine animale pour un produit s'affichant 100% végétal ! !). La D2, par contre, est d'origine végétale.
A noter que pour fabriquer 1g de vitamine B12 d'origine animale, il faut 20 tonnes de foie.
En Europe, les additifs alimentaires sont désignés par des sigles. Se sont les " E ", il en existe au total 3800. Certains ne sont pas précédés par le préfixe " E ", cela signifie qu'ils n'ont pas été approuvés par la CEE.
Les " E " suivant sont d'origine animale : E120 (cochenille), E441 (gélatine), E542 (phosphate d'os), E901, E904, E910 (L-cystéine), E913 (lanoline), E920 (L-cystéine hydrochloride), E921 (L-cystéine hydrochloride monohydrate), E966 (lactose hydrogéné).
Les " E " suivant peuvent être d'origine animale : E101 (lactoflavine ou riboflavine), E101a (riboflavine 5 - phosphate), E153 (charbon noir), E161b (xanthophylles), E161(g) (xanthophylles), E236 (acide formique), E237 (formiate de sodium), E238 (formiate de calcium), E270 (acide lactique), E322 (lécithines), E325 (lactate de sodium), E326 (lactate de potassium), E327 (lactate de calcium), E421, E422 (glycérol), E425, E430, E431, E432, E433, E434, E435, E436, 440 (pectine), 442, E470a, E470b, E471 (mono et diglycérides d'acides gras et leurs esters), E472a (mono et diglycérides d'acides gras et leurs esters. Idem pour b, c, d, e, f), E472b, E472c, E472d, E472e, E472f, E473 (sucroesters), E474 (sucroglycérides), E475 (ester polyglycériques d'acides gras alimentaires non polymérisés), E476, E477 (monoesters du propylène-glycol d'acide gras), E478, E479b, E481 (stéaroyl-2-lactylactate de sodium), E482 (stéaroyl-2-lactylactate de calcium), E483 (tartrate de stéaroyle), E491, E492, E493, E494, E495, E570 (acide stéarique), E572 (stéarate de magnésium), E585, E627 (guanylate de sodium), E631, E635, E640, E920, E1518.
Acide lactique / E270 : d'origine animale (lait) ou végétale.
Albumine : issue des oeufs mais aussi parfois du lait, des muscles ou du sang. Origine végétale possible.
Allantoïne : acide urique provenant des mammifères, que l'on retrouve dans certains liquides vaisselles et en cosmétologie. Origine végétale possible.
Ambre gris : substance parfumée issue de l'intestin des cachalots. Employé comme fixatif pour les parfums et comme arôme dans l'alimentaire.
Arômes naturels : peut signifier tout ou n'importe quoi.
Aspartame / E951 : l'acide aspartique qui entre dans sa composition n'est pas toujours végétal.
Bifidus : composant de la flore intestinale des nourrissons, utilisé industriellement comme ferment lactique. Du bifidus vegan existe aussi.
Bile : liquide sécrété par le foie.
Blanc ou huile de baleine : huile issue de la tête des cachalots ou des dauphins. Utilisée en cosmétologie, dans l'industrie du cuir et certaines margarines.
Castoréum : issu des sécrétions glandulaires du rat musqué et du castor. NB : " castor oil " ne signifie pas huile de castor mais huile de ricin.
Caséine : protéine de lait.
Cellules fraîches : prélevées sur des foetus d'animaux.
Chitine : issue des carapaces des crustacés.
Cire d'abeille / E901 : entre souvent dans la composition des baumes pour les lèvres et autres produits cosmétiques. Elle est aussi utilisée pour fabriquer bougies et crayons.
Civette : sécrétion odorante obtenue en stimulant par la torture un mammifère appelé civette.
Cochenille / E120 : pucerons que les péruviens élèvent sur des cactus, et qui sont broyés pour obtenir un colorant (rouge). Ce colorant est utilisé dans les aliments (charcuterie, confiserie), médicaments (sirops, pilules) et cosmétiques (rouges à lèvres et à joues).
Collagène : protéine fibreuse des vertébrés. Très courante en cosmétologie.
Disodium de phosphate / E631 : peut être préparé à partir d'extrait de viande ou de sardines séchées.
Elastine : on en trouve dans l'aorte et les ligaments du cou des bovins.
Gélatine : ingrédient très répandu, obtenu en faisant bouillir tendons, os, ligaments. Utilisation : épaississant dans les crèmes desserts, les bonbons, les glaces, les gâteaux, les marshmallows, les yaourts, etc.
Gelée royale : sécrétion des glandes pharyngiennes de l'abeille servant à nourrir les jeunes larves.
Glycérine / glycérol / E422 + monoglycérides / diglycérides / E471 / E472 : graisses animales utilisées notamment dans les biscuits. Origine végétale ou synthétique possible.
Hexaphosphate inositol de calcium : toujours d'origine animale.
Huile de poisson : très courante dans les margarines.
Insuline : hormone sécrétée par le pancréas des boeufs et des cochons et utilisée par les diabétiques. Il existe des alternatives synthétiques et de l'insuline humaine fabriquée en laboratoire.
Isinglass : gélatine fabriquée à partir de vessies de poisson, utilisée pour clarifier les vins et les bières. NB : la plupart des bières et des vins contiennent des produits animaux (isinglass, oeufs, sang, gélatine, .) pour clarifier, conserver, colorer, etc..
Kératine : provient notamment des ongles, poils, plumes de divers animaux.
Lactose : sucre du lait, on lui connaît aussi une forme d'origine végétale.
Lanoline : substance extraite du suint de la laine des moutons. Utilisée en médecine et cosmétologie.
Lécithine / E322 : extrait d'oeufs, soja, sang ou tissus névralgiques. On en trouve un peu partout dans les produits alimentaires. Il existe aussi de la lécithine de soja.
Levure de bière (saccharomyces cerevisiae) : est issue de la fabrication de la bière. Certaines levures peuvent être cultivées à partir de sous-produits lactosés, provenant de la fabrication du fromage.
Musc : obtenu à partir des glandes abdominales d'un certain type de cervidé. Couramment employé en parfumerie.
Noir animal : os calcinés employés pour raffiner certains sucres.
Oestrogène : issu soit des ovaires des vaches soit de l'urine de juments maintenues enceintes spécialement dans ce but et dont les poulains sont systématiquement éliminés à la naissance. Utilisation : pilules contraceptives (ex : Premarin). Forme synthétique possible.
Pepsine : issue de l'estomac des cochons, utilisée comme coagulant.
Petit-lait : provient du lait. Souvent rencontré dans les biscuits et les bonbons.
Phosphate de calcium : peut être fabriqué à partir d'os animal. Ainsi le E542 est toujours d'origine animale. Utilisé, semble-t-il, plus particulièrement au Royaume-Uni et entrant notamment dans la composition des cachets et celles des comprimés de minéraux.
Présure : coagulant. L'immense majorité des fromages en France en contient. Cela provient de l'estomac des veaux nouveau-nés qui sont ainsi sacrifiés pour la fabrication du fromage. Il existe des présures végétales mais on les rencontre très rarement.
Progestérone : hormone sécrétée par les glandes de différents animaux.
Propolis : gomme recueillie par les abeilles pour la construction de la ruche. On en rencontre essentiellement dans les produits cosmétiques.
Saindoux : graisse animale.
Suif : graisse animale que l'on retrouve généralement dans les savons et les bougies. Origine végétale possible.
E631 : dont le nom anglais est " sodium 5' inosinate ", est toujours d'origine animale.

* Le vin et la bière : Ils peuvent contenir des produits d'origine animale : les vins contenant trop de résidus dans les tonneaux sont filtrés à l'aide de substance d'origine animale piégeant les impuretés : gélatine, vessie natatoire d'esturgeon, carapaces broyées de homard ou de crabe, sang, poudre de sang séché, blanc d'oeufs, lait écrémé, lait maigre centrifugé, poudre de lait écrémé, caséine, l'albumine de sang, l'ovalbumine, et des produits minéraux : argiles clarifiantes (bentonite), alumine. Après le filtrage le produit est séparé du vin (il peut en rester néanmoins toujours un peu). Des procédés mécaniques sont aussi utilisés : clarification par tamisages (tamis inox possédant des mailles de 0,4 à 1,5 voir 2mm. L'ultra et la microfiltration sont des techniques de filtration des jus à travers des filtres de très faible porosité, de l'ordre du micron, souvent constitués de céramique) et par centrifugation.
Des marques de bière incluent dans leur préparation de la gélatine et du blanc d'oeuf.
Les marques de bières suivantes sont acceptables pour les végétaliens (pas de produits animaux utilisés dans la composition ou le processus de production) : Heineken, Pelfort, Hoegaarden, Orval, Grimbergen, Judas, Leffe, Belle vue, Bécasse, Chimay, Brugs, Mort subite (gueuze et Kriek).
Les marques suivantes peuvent être acceptables, mais il subsiste un doute sur le processus de fabrication (filtration) : la Maudite, la fin du Monde, l'Eau Bénite, Rodenbach, Paülaner, Lowenbraü, Duvel, Maredsous, Gulden Draak, Pietra, Colomba, Carlsberg, Tuborg.
Vérifiez toujours auprès des fabricants tout de même. Mieux : abstenez-vous d'alcool.
Article paru le 23/06/99 dans le journal " La Dépêche " : Du sang de boeuf dans le vin ! Deux cent kilos de produits clarifiants à base de sang de boeuf, interdits en Europe depuis 1997, ont été saisis entre le 7 et le 14 juin dans des entreprises liées à la viticulture, dans le Vaucluse et dans les Bouches-du-Rhône. Les produits saisis, appelés à être mélangés au vin, étaient conditionnés dans des sacs de 1 kg, sous forme de poudre de sang séché. L'essentiel a été retrouvé chez des viticulteurs et revendeurs de produits oenologiques. Les communes où ils ont été saisis font partie des aires d'appellations d'origine contrôlées (OAC), Côtes-de-Provence et Côte-du-Rhone. Neuf saisies ont été effectuées chez 14 opérateurs et 800 hectolitres de vin ont été consignés par précaution, en attendant les résultats des analyses.

* Ce que nous entendons par " être " végétarien ou végétalien : pour nous, cela signifie ne jamais faire d'écart volontaire. Consommer des végétaux, des oeufs et du lait pour les végétariens et uniquement des végétaux pour les végétaliens, chaque jour de chaque année. Cela peut sembler évident, pourtant, nous rencontrons souvent des personnes qui se réclament végétariennes et qui, lorsqu'on discute un peu, disent consommer de temps à autre de la viande. Ceci, n'est pas pour nous être végétarien, mais " manger très peu de viande ", ce qui est déjà un bon début, néanmoins. Lorsqu'on vit au milieu d'omnivores, on peut parfois consommer des aliments contenant des produits animaux (graisses animales, gélatine par exemple), car on ne nous a rien dit, ce n'est pas une action volontaire, et chaque végétarien ou végétalien y fait très attention. Ces " accidents " peuvent malheureusement arriver. Il faut être très prudent lorsqu'on mange avec des personnes et dans des lieux peu habitués au végétarisme et au végétalisme. Il nous semble très important d'être rigoureux car si nous ne le sommes pas, nous ne serons pas pris au sérieux et nous ne montrerons pas que le végétarisme et le végétalisme sont des modèles de vie valables. De plus, c'est en étant de plus en plus nombreux à être strictement végétarien ou végétalien que la société devra s'adapter et proposer des produits et des services convenant aux végétariens et aux végétaliens. La demande crée l'offre, nos achats sont un pouvoir. C'est en s'affirmant partout et non en pliant que nous serons acceptés et que nos pratiques se banaliseront. Parfois aussi, si nous n'avons accès qu'à des médicaments non-végétariens ou non végétaliens, pour nous soigner, nous n'avons à ce moment aucun choix. Ceci ne dépend pas, alors, de notre volonté. C'est une raison de plus d'avoir une bonne hygiène de vie pour ne pas tomber malade.

* Combien y a-t-il de végétariens et de végétaliens ? : les statistiques récentes, définissent le nombre de végétariens à, entre, 1% de la population française (cahiers de l'OCHA, op. cit., p. 55) et 1,5% (CFES, baromètre santé nutrition, 1996, p. 32). Ce qui est en accord avec les statistiques de l'INSEE. Le Quid 1997 (Quid 1997, éd. Robert Laffont, p. 1265) indique " quelques centaines de milliers ". Le nombre de végétaliens est, lui, défini à 0,2% de la population française (CFES, baromètre santé nutrition, 1996, p. 32). En réalité, ces statistiques sont fortement surévaluées. Si on se réfère à une étude très détaillée faite sur 94 adhérents d'une association végétarienne (Alliance Végétarienne), en 1997, alors qu'on peut supposer que se sont des personnes qui sont très bien informées, juste 61% étaient végétariennes " à temps plein ", 6% étaient végétaliennes " à temps plein " et 33% mangeaient un peu de viande. Rapporté à une population plus vaste et moins impliquée, et si on ne prend en compte que ceux qui sont végétariens depuis une période significative d'au moins deux ans (il faut commencer un jour, mais être végétarien depuis peu n'est pas significatif), le nombre de végétariens et de végétaliens en France doit être plutôt au moins deux fois inférieur à ces statistiques. La population végétarienne et végétalienne n'est pas non plus stable, certains arrêtent au bout de quelques mois ou quelques années, certains le redeviennent à nouveau, des omnivores évoluent aussi vers le végétarisme et le végétalisme.
En 2002, les associations végétariennes européennes (E.V.U., website: www.european-vegetarian.org ) donnaient les statistiques suivantes sur le nombre de végétariens (y compris les végétaliens) dans la population : 10% au Royaume-Uni, 8% en Allemagne, 7% en Suède, 6% en Irlande, 5% en Italie, 5% aux Pays-Bas, 4% en Autriche, 4% en Norvège, 4% en Suisse, 2% en Belgique, 2% en Espagne. Ces chiffres sont peut-être surévalués et devraient être divisés par deux pour être plus conformes à la réalité.
22% de la population indienne serait végétarienne (chiffre tiré du livre des Dr. V.V. Gokhale et Kalyan Gangwal, " Shaakahar ki maansahar ? "). Les plus représentatifs étant les Jaïns au nombre de 3 à 4 millions, strictement végétariens, voire même végétaliens.

* Le bio ne rime pas toujours avec végétarisme et végétalisme : Les agriculteurs " bios ", peuvent des fois utiliser des déchets d'abattoir pour fertiliser leur sol (sang, viande, os, farine de plumes, poils de cochon). Beaucoup utilisent du fumier, des fientes, purins, issus d'élevages d'animaux. Certains utilisent du guano. Il est pourtant tout à fait possible de ne pas utiliser de tels produits (compost végétal par exemple).
Des animaux (rongeurs, taupes, oiseaux, etc. ) peuvent être tués accidentellement lors des travaux agricoles. Des insectes peuvent aussi être tués, volontairement pour protéger les cultures ou involontairement lors des travaux agricoles.
L'agriculture industrielle, actuellement, utilise essentiellement des produits d'origine minérale (engrais azoté fabriqué chimiquement) pour la fertilisation. Les pesticides qu'elle utilise sont testés sur les animaux.

* Les pesticides : on ingère des pesticides quand on mange des végétaux, sauf s'ils sont bios (en théorie), mais les animaux d'élevage aussi, et les éleveurs ne leur donnent pas des aliments bio. On connaît le phénomène de concentration dans les chaînes alimentaires, et il est à parier, que la viande, le lait et les oeufs sont nettement plus riches en résidus de pesticides divers que les végétaux qu'on peut manger à la place. De plus, comme le passage par le corps d'un animal est un gaspillage de ressources (il faut plusieurs grammes de protéines végétales pour obtenir un gramme de protéines de viande), la production de viande impose à l'agriculture de hauts rendements ; d'où la nécessité accrue d'utilisation de pesticides (testés sur les animaux).

* Des produits végétaliens pré-cuisinés :
- les margarines végétales : attention à la composition ! Actuellement dans les magasins de la région toulousaine, juste quelques marques sont acceptables pour un végétalien : marques " Bonneterre " et " Rapunzel Soma " si on fait confiance à la composition marquée sur l'emballage, elles sont trouvables en magasins bio. Pour celles des grandes surfaces, la marque " Prima " serait acceptable (à vérifier). Les autres contiennent du lait ou des dérivés du lait, du lactose, de l'arôme de lait, etc. des graisses animales, de la vitamine D3. Vérifiez toujours la composition car elle peut évoluer dans le temps et n'hésitez pas à contacter le fabriquant. " 100% végétal " ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'ingrédient autre que végétal.
- des saucisses végétales : magasins bios uniquement actuellement.
- yaourt végétal : le ferment peut être d'origine animale. Le bifidus et l'acidophidus utilisé par " Sojasun " seraient des bactéries (pas d'information plus précise). Leurs produits ne contiennent pas de présure. Des yaourts végétaux de " Sojasun " sont fortifiés en vitamine B12, mais nous n'avons pas d'info sur l'origine de la B12, écrivez-leur.
- galettes végétales, crème de soja sont trouvables dans des magasins bios ou même en grandes surfaces (bien lire les étiquettes de composition !).
- du chocolat noir 100% végétal est trouvable en grande surface, toutefois, il n'est pas sûr que lors de la fabrication, les usines qui produisent du chocolat au lait et du chocolat végétal, nettoient méticuleusement les appareillages entre les séries. Elles ne sont pas, non plus, à l'abri d'une erreur. Ceci est valable pour toutes les usines non strictement végétariennes ou végétaliennes et pour tous les produits. Les firmes spécialisées dans les produits 100% végétaux sont plus sûres et sont à privilégier. Il existe aussi de la poudre de cacao à 100% qui à moins de risque de contenir des traces de produits animaux que le chocolat en tablette.

* Adresses de sociétés qui vendent des chaussures et des habits de très bonne qualité, en imitation cuir. Elles font de la Vente Par Correspondance. Avant de passer une commande, vérifier que le modèle que vous voulez est toujours disponible et demander quel délais de livraison est garanti.

ETHICAL WARES
Caegwyn, Temple Bar, Felinfach, Ceredigion, SA48 7SA, Royaume-Uni. Tél : 01570 471155, Fax : 01570 471166
Internet : www.ethicalwares.com
E-mail : vegans@ethicalwares.com

PANGEA VEGAN PRODUCTS
2381 Lewis Ave., Rockville MD 20851, USA
Internet : http://www.veganstore.com
E-mail : pangeaveg@pangeaveg.com

VEGANSTORE
15 Chichester Drive East, Saltdean, Brighton BN2 8LD, Royaume Uni. Tél : +44 (0)1273 302979
Internet : http://www.veganstore.co.uk
E-mail : info@veganstore.co.uk

VEGETARIAN SHOES
12 Gardner Street, Brighton, East Sussex BN1 1UP, Royaume-Uni. Tél / Fax : 01273 691913
Internet : http://www.vegetarian-shoes.co.uk
E-mail : information@vegetarian-shoes.co.uk

VEGANLINE
2 Avenue Gds, London SW14 8BP, Royaume-Uni. Tél : 0044 208 286 9947. Fax : 0044 208 878 3006
Internet : http://www.veganline.com/ ou http://www.veganline.com/francais.htm
E-mail : veg@animal.nu

* Le prix du végétarisme et du végétalisme : Des personnes nous disent parfois qu'être végétarien ou végétalien doit coûter cher. Pourtant les aliments qui sont les plus chers ne sont nullement les pommes de terres, les pâtes, le pain, les haricots, le riz, la salade, les carottes, pommes, bananes, poires, en résumé les céréales, légumineuses, légumes et fruits. L'aliment de consommation courante le plus cher est la viande, il est même synonyme de richesse par rapport aux végétaux, pour beaucoup d'omnivores. Alors qu'est-ce qui serait cher dans les végétaux ? Les végétaux bios ? Mais encore faut-ils les comparer à la viande " bio ". Les végétaux bios ne sont pas plus " végétariens " ou " végétaliens " que les autres, si des fois nous en prenons, ce n'est pas pour cette raison (mais plutôt pour des raisons de sauvegarde de l'environnement par exemple), et nous pouvons parfois nous permettre ce " luxe " car notre alimentation nous fait faire des économies. Pour la plupart d'entre-nous, nous ne mangeons pas chaque jour des galettes végétales, saucisses végétales, des crèmes de soja, et d'autres préparations précuisinées végétales. Nous n'en avons nul besoin. Nous pouvons consommer, bien sûr, du lait de soja, des margarines végétales, qui peuvent être un peu plus chers que les produits concurrents à base de lait de vache, mais il est clair que globalement l'argument financier qui voudrait faire croire qu'être végétarien ou végétalien est cher ne tient pas la route. De plus, si le lait de soja est plus cher actuellement que le lait de vache, c'est uniquement dû aux faibles quantités de lait de soja fabriquées. Tous ces produits végétariens et végétaliens, fabriqués en masse, auraient un prix dérisoire.

* Le végétarisme et le végétalisme et le sport : pour ceux qui douteraient de la possibilité d'être végétarien et végétalien et d'avoir un bon niveau sportif, deux sites Internet à visiter : http://www.vegesport.org (en français) et http://www.veganbodybuilding.org/ (en anglais).

* Un label de qualité végétarien et végétalien : l'association Alliance Végétarienne a mis en place un label certifiant que les produits sont valables pour les végétariens et / ou les végétaliens. Il est important de montrer notre préoccupation pour la composition strictement végétarienne et végétalienne des produits car ainsi les fabricants s'en inquièteront ! La peur de perdre des clients les fera réagir. Renseignez-vous à Alliance Végétarienne pour avoir leur liste. N'hésitez pas à écrire, téléphoner aux firmes pour demander des renseignements sur la composition de leurs produits (en précisant pourquoi vous vous renseignez), plus nous serons nombreux à le faire, plus elles y feront attention !

* Le calcium : il est le minéral qui abonde le plus dans notre corps qui en contient normalement 2 %. 99% du calcium se trouve dans les os et les dents. Il joue un rôle vital dans la formation des os, la coagulation du sang, la conduction nerveuse et musculaire mais aussi la régulation de l'équilibre acido-basique (dont le pH neutre se situe entre 7,35 et 7,45). Cet équilibre permet la fixation de tous les minéraux. Si le terrain se trouve en pH acide, il y a déperdition des minéraux. Les besoins par jour de calcium varient entre 600 et 1200 mg, un peu plus pour la femme enceinte, 1600 mg. Une baisse de calcium dans le sang circulant, entraîne des crises de tétanie et de spasmophilie. Une hausse de calcium dans le sang, entraîne troubles digestifs, constipation, lésions osseuses et calculs. La thyroïde et le thymus secrètent une hormone qui régule le taux sanguin du calcium et de phosphore afin d'empêcher la résorption osseuse.
Pour favoriser la fixation du calcium, il convient d'éviter les excès alimentaires en sucres blanc et roux (toutes préparations qui en contiennent), en céréales (complètes ou non), sodium (sel), vin, alcool et le tabac. Les aliments contenant des conservateurs "polyphosphatés" ont la réputation de neutraliser le calcium (certaines charcuteries et fromages industriels, entre autres, en contiennent). Les pollutions atmosphériques et les stress répétés sont également facteurs acidifiants ainsi que certains médicaments. La viande, pour sa part, contient peu de calcium et en plus elle en augmente les besoins parce qu'elle est riche en phosphore. Le phosphore est nécessaire, mais en pratique, on en a toujours trop. Cela augmente la perte de calcium dans les urines. Il est souvent admis qu'un excès de protéines diminue l'absorption du calcium, la viande est peut-être ainsi doublement néfaste sur le sujet du calcium, par l'excès de phosphore et par l'excès de protéines qu'elle engendre. L'excès de protéines contribue pour beaucoup au déclenchement de l'ostéoporose (fragilisation des os qui deviennent poreux), une maladie qui affecte de façon endémique les sociétés occidentales omnivores (et non les végétariens et les végétaliens), et surtout les femmes après la ménopause. Les végétaux sont parfois de bonnes sources de calcium : tout le calcium d'une vache vient de là. Cependant, beaucoup contiennent des quantités non négligeables d'acide oxalique, qui en diminue l'absorption (rhubarbe, épinards, oseille, pomme de terre). Il est bon de manger régulièrement des légumes frais (à feuilles) variés. Il vaut mieux ne pas abuser de la levure, à cause de sa richesse en phosphore.
L'absence de produit laitier fait souvent peur aux personnes de manquer de calcium, pourtant nos ancêtres (8000 ans en arrière) ne consommaient pas de lait de vache et leur os étaient plus forts en calcium. On dit que le lait de vache est une source importante de calcium. Seulement le calcium de lait de vache nous est difficilement accessible : celui-ci contient beaucoup trop de phosphore pour notre organisme. Or, cet élément stimule les deux glandes parathyroïdes qui, du coup, bloquent le processus d'assimilation du calcium. D'autre part, les protéines spécifiques contenues dans le lait de vache ont pour fonction de transmettre l'information nécessaire à l'élaboration de l'osséine (un filet sur cartilage retenant les minéraux). Or cette élaboration n'est pas adaptée à notre espèce mais au veau. Ce qui veut dire que chez le bébé, l'enfant et l'adulte, une partie des minéraux ne sera pas assimilée. Et ce n'est pas en prenant plus de lait de vache que le corps aura son quota de calcium, bien au contraire. Dans un autre domaine, le lait de vache contient très peu de lipase en comparaison avec le lait maternel. Or, la lipase joue un rôle important chez le nourrisson car elle compense une déficience du suc pancréatique qui n'est pas encore bien établi chez les tout petits. Les produits laitiers sont aussi responsables d'infections alimentaires, et ils sont tenus pour responsables d'un certain nombre d'affections allergiques, en particulier de la sphère O.R.L. (oreille, nez, gorge), dues à des réactions d'intolérance aux constituants du lait.
Nous trouvons suffisamment de calcium assimilable dans une alimentation végétale équilibrée. Un sport régulier, non excessif, adapté à chacun, permet aussi de maintenir la calcification, la consolidation des os et la prévention de l'ostéoporose. Les principaux régulateurs du calcium sont la vitamine D (synthétisée dans la peau sous l'action de la lumière solaire) et l'hormone parathyroïdienne qui augmente la calcémie en mobilisant le calcium. Pour une meilleure assimilation, le calcium devrait s'accompagner de magnésium. Le manganèse pour sa part évite les dépôts anarchiques de calcium évitant ainsi les rhumatismes et l'arthrose.
Sources fiables de calcium (les chiffres mentionnés correspondent à la quantité en mg pour 100g) : fruit frais (10 à 40), abricot sec (80), noix (80), figues sèches (170), soja (250), amandes (150), chou (429), chou vert (180), algues (500 à 1500), céréales (30 à 50), blé germé (90), orge germé (280), sésame (130), lentilles (80), noisettes (200), épinards (125), brocolis (58), graines de lin (260), cressonnette (250), navets, légumes verts feuillus, fruits doux et mi-acides, graines et oléagineux, eau calcaire, mélasse noire, farine de soja, haricots blancs, tofu (s'il est précipité avec du sulfate de calcium) et des produits enrichis (attention à l'origine du calcium, il peut être animal).

* Vitamine D : elle est nécessaire pour pouvoir métaboliser le calcium. Elle est donc importante pour la dentition et le squelette. Il n'y en a que très peu dans les végétaux. En fait, il ne s'agit pas d'une vitamine car elle est élaborée dans l'organisme (une vitamine est, par définition, ingérée avec l'alimentation). Elle est formée dans la peau sous l'influence des rayons ultraviolets (U.V.) de la lumière solaire, c'est pourquoi une exposition directe est nécessaire. Le verre ne laisse passer aucun U.V. ; les nuages et les vêtements fins les retiennent partiellement. Il n'y a pas de difficulté à recevoir assez de lumière solaire en été. Durant cette saison, le corps emmagasine même une provision de vitamine D qui est stockée pour l'hiver. Même pour les gens qui consomment des produits d'origine animale (dans lesquels on trouve de la vitamine D), on a pu déterminer que 80% environ de la quantité de vitamine D utilisée est produite au niveau de la peau.
Il est important de prendre l'air et de s'exposer à la lumière du soleil en hiver également, surtout pour les femmes enceintes et allaitantes, les nourrissons, et les enfants en bas âge. Exposer sa figure et ses avant-bras est suffisant ; bien sûr, on peut toujours exposer une plus grande surface de son corps, ce qui n'est que mieux. Une promenade quotidienne d'un quart d'heure à la lumière du jour est suffisante pour les gens qui ont une peau de couleur claire (2 ou 3 fois par semaine peut suffire). On peut aussi toujours faire un jogging en short et T-shirt, c'est une bonne occasion de s'exposer au soleil, quelle que soit la météo. Un temps de 40 minutes par jour environ est nécessaire pour les gens à peau foncée. Ces derniers ont une peau adaptée aux régions plus ensoleillées et courent un risque de carence nettement plus important sous notre climat. Au-delà des durées indiquées ci-dessus, la peau ne produit plus de vitamine D. Il vaut mieux ne pas se laver de suite après l'exposition au soleil (blocage de la réaction de formation de la vitamine D, causé par le produit qu'on utilise pour se nettoyer) et les crèmes solaires, ainsi que tout autres produits appliqués sur la peau, peuvent gêner ou empêcher la formation de la vitamine D. Des suppléments en vitamine D vegan existent au Royaume-Uni (vitamine D2).

* Le fer : une grande partie du fer de l'organisme se trouve sous forme d'hémoglobine. Celle-ci a pour fonction de transporter l'oxygène vers les tissus. On différencie le fer selon qu'il est héminique (issu de la viande) ou non-héminique (provenant des oeufs, des produits laitiers et des végétaux). Celui qui nous concerne, le fer non-héminique est moins bien assimilé que le premier. Cependant, l'absorption peut en être améliorée si on associe au fer de la vitamine C (ou acide ascorbique : dans les kiwis, le chou cru, les pommes de terre, les légumes verts feuillus, les poivrons verts, les mûres, les mangues, les agrumes, les tomates, . ) de l'acide malique (pommes, citrouilles, prunes) ou encore de l'acide citrique (agrumes). Par contre, la présence de tanins (thé, café, vin . ) produit l'effet inverse. Les symptômes d'un manque en fer sont : fatigue, faiblesse, diminution globale des capacités physiques et mentales, maux de tête, moins de mémoire, plus distrait, troubles de la concentration, nervosité, pertes d´appétit, problèmes respiratoires, troubles cardiaques, terrain plus exposé aux affections, peau pale et sèche, ongles cassants et plus fins, lèvres gercées, chute des cheveux (fourchus et cassants).
Sources fiables, les données sont en mg pour 100g (on a besoin de 10 a 15 mg par jour) : laitue 2,O - carottes 2,9 - choux verts 2,2 - petits pois et haricots verts 2,0 - haricots blancs 6,1 - épinards 3,1 - persil 6,2 - choux rave 0,5 - artichauts 1,3 - bananes 0,7 - fraises 1,0 - pêches 0,6 - oranges 0,4 - raisins secs 3,5 - noix 3,1 - cacahuètes 2,2 - noisettes 4,5 - amandes 4,7 - pistaches 7,3 - basilique 43,0 - curry 75,0 - cumin 48,0 - marjolaine moulue 73,0 - thym moulu 135,0. Et aussi : céréales complètes, oléagineux, légumes verts feuillus, graines, légumineuses, utilisation de plats en fonte, mélasse noire.

Cliquez ici pour retourner à la page pourquoi et comment